La famille Botero

La rondeur vous gagne, les gros sont beaux! Une invitation poétique tout en tendresse où la vie se la coule douce, le temps joue au ballon, l’action fait le farniente. Cette famille, inspirée de l’univers du peintre colombien Fernando Botero, est tout en volume, démesurément obèse mais leur chair est lisse, épanouie. Dans ce spectacle, chaque instant se prolonge, trouve sa plénitude.
Les membres de la famille, au son de la radio latino américaine, se meuvent tout en lenteur, répondent aux mouvements des uns et des autres dans une symphonie toute régulée. Une série de petites scènes suscitent les rires et les sourires. Alfredo, en parfait séducteur hispanique sait provoquer la jalousie de sa femme, Mercedes.
Les enfants, excités par tant de beau monde, tourbillonnent avec leurs jeux. Des personnages hors du temps, étranges et fascinants. Il y a un monde derrière leurs corps gargantuesques, une vision : celle de l’harmonie, d’une sensualité de souvenirs d’enfance. Gros et pourtant si légers, ils nous défient, inquiétant dans leur imitation de la perfection.